Apprendre à lire » Culture lecture !

La lecture dans le monde antique

ramses-2-photo-libre

Les premiers systèmes d’éducation

Les premiers systèmes d’éducation se développèrent dans les civilisations indienne et égyptienne dès le IVe millénaire av. J.-C. Ils étaient réservés aux castes supérieures. L’enseignement était confié aux autorités religieuses, brahmanes en Inde ou prêtres en Égypte. Les castes inférieures recevaient une éducation familiale et une instruction élémentaire.

L’histoire de la lecture commence avec celle de l’écriture : les premiers hiéroglyphes furent dessinés il y a 5 000 ans. Quant aux alphabets phonétiques les plus anciens ont environ 3 500 ans.

L’évolution des supports eut une grande influence. Les premiers ouvrages étaient écrits sur des rouleaux de papyrus où l’on avait qu’une vision partielle du texte à lire.

Égypte

L’administration égyptienne employait des scribes, fonctionnaires spécialisés dans l’écriture et le déchiffrement des hiéroglyphes. Leur l’éducation, dès l’enfance, consistait à mémoriser un grand nombre de signes et à les tracer sur des tablettes de calcaire. L’apprentissage s’achevait par la copie à l’encre rouge et noire, sur des rouleaux de papyrus, de contes ou recueils qu’ils décoraient eux-mêmes. Les scribes jouissaient de compétences étendues en droit, en géographie, en histoire et dans les techniques maîtrisées à l’époque.

Chine

En Chine, les philosophies de Lao-Tseu et Confucius favorisèrent l’accès à l’éducation. Surnommé le « premier éducateur », Confucius fut l’un des premiers à articuler la réflexion individuelle et le savoir apporté par l’enseignant. Il affirme qu’« apprendre sans réfléchir est peine perdue [ et que ] réfléchir sans apprendre est dangereux ».

Inde

En Inde, le Bouddhisme mit en œuvre une forme d’enseignement accessible à tous. Les jingshi étaient des maîtres psalmodiant de ville en ville 2442689334_9678cf035a_bles chants sacrés : les sûtra. Ils étaient accompagnés d’un fujiangshi ou répétiteur qui traduisait et expliquait les sûtra.

Mais dans chacune de ces civilisations, l’acquisition de l’écriture supposait d’acquérir aussi les connaissances qu’elle désignait graphiquement. Ainsi, l’apprentissage de la lecture ne pouvait se faire sans la maîtrise des connaissances fondamentales.

Tags: , ,

Comments are closed.